Canniste.org, la canne de combat et le baton

Accueil > Se rencontrer > Compétitions > Miladiou 2007 : le récit

Miladiou 2007 : le récit

dimanche 25 novembre 2007, par Julien Falconnet

En plus de l’annoncer et d’en parler, on s’est dit que c’était une bonne idée de le faire, ce fameux tournoi du Miladiou. Récit d’une expérience riche en ... expériences.

Cathédrale On passera rapidement sur les sueurs froides d’un départ en train en pleines négociations syndicales, sur le car de remplacement de "seulement" 3h dans les petites routes, et sur l’hôtel qu’on a pas tout àfait cherché au bon endroit avec des valises plutôt pleines de tenues. Pour résumer tout cela àquelques remarques :

  • les voyages, ça forme la jeunesse (nous on pensait commencer ày échapper mais visiblement on a encore de la marge).
  • les gens de Rodez (Rodeziens ? Ruthénois ! [1]) sont très sympathiques et serviables (et puis ils ont une jolie cathédrale).
  • Chambre dormir au Première Classe de Rodez fut l’expérience se rapprochant le plus d’un séjour dans un sous-marin qu’il nous ait été donnée de vivre (les odeurs de friture et la vue directe sur le McDo en plus mais AVEC LE WIFI)
  • c’est quand même très sympa d’avoir des copains indiens avec une camionnette pour porter les bagages (dont nous) jusqu’au tournoi (merci àeux).

Quoiqu’il en soit, nous fà»mes àl’heure pour le tirage au sort et les premières rencontres. Il fut finalement décidé que les équipes seraient composées de 2 tireurs, que les assauts dureraient 6 minutes, avec changement possible toutes les minutes.

Il y avait donc 14 équipes au rendez vous, dont voici les noms bigarrés (nous vous laissons deviner la notre) :

  1. Jumelage
  2. Géronimo
  3. SPUC Pessac
  4. Toulouse UC B
  5. Schiltigheim
  6. Figeac
  7. Mangas Coloradas
  8. Cochise
  9. Mérignac
  10. Toulouse UC A
  11. Clermont
  12. ASPTT Rodez
  13. Cercle Charlemont
  14. Ferrand

De nombreux assaut enfants et vétérans furent également organisés (laissant un peu plus de temps pour souffler).

gymnaseIl nous faut commencer par louer la qualité générale du tournoi. L’arbitrage était d’un très bon niveau, les tireurs étaient tous fairplay et les coups violents rares. Quelques équipes étaient d’un très bon niveau et toutes avaient un bon esprit. Il faut aussi remercier particulièrement la persévérance de Philippe Joly qui a su donner de lui même (et du micro) pour remplir les tables de juges désertées par des tireurs avides de repos. Il faut également le remercier avec son équipe pour la qualité de l’intendance, des aires, et du matériel mis àdisposition pour que les 105 rencontres se déroulent dans d’excellentes conditions.

MarqueAu delàde la compétition, des affrontements, des scores et des points toujours durs àprendre et faciles àperdre (ah ! la parade basse...), nous garderons surtout le souvenir d’un certain nombre de rencontres et de découvertes. Des rencontres faites pendant les assauts qui sont toujours l’occasion de découvrir un style, une difficulté ou une technique. Des rencontres faites àl’occasion de discussions, conseils ou dîners avec des points de vue originaux, des avis éclairés ou plus simplement de compagnons sympathiques. Des découvertes faites, souvent tout simplement en observant avec attention ceux qui tirent, ceux qui jugent et arbitrent. Saviez vous qu’il était possible de placer une roulade dans un enchainement ou de marquer des points en ne faisant que des latéraux extérieurs parfaitement maîtrisés ? Des découvertes faites aussi en donnant un coup de main en prenant le temps d’un assaut le rôle de juge ou celui d’arbitre. On comprend mieux l’incroyable difficulté de juger une touche ou la concentration colossale que demande l’arbitrage. Des découvertes enfin et surtout faites sur nous même : toutes ces techniques qui avaient un gout de "pas assez travaillé", ces "àpeu près" qu’on croyait suffisants, et ces killer-enchainements, balayés de nos mémoires par la tension, la fatigue et la tenue lourde et chaude, mais aussi toutes ces touches qu’on a réussi àéviter malgré tout, les quelques "coups de génies" qui sont sortis quand même et ces points qu’on a marqués cette fois ci et qu’on aurait pas marqué pas la dernière fois.

En bref, on était plus venu pour apprendre que pour gagner et c’est parfaitement réussi sur les deux points.

Pour ceux qui hésiteraient àvenir en compétition : n’hésitez plus ! Ainsi vous pourrez :

  • rencontrer des gens sympa qui ont plein de choses intéressantes àdire sur la canne ou autres choses (il y a même une proportion inquiétante de rôlistes).
  • observer des gens vraiment plus forts que vous et essayer de comprendre comment ils font, voire essayer de vous défendre.
  • découvrir la réelle difficulté du jugement et de l’arbitrage et les différentes adaptations techniques qui en découlent.
  • beaucoup vous amuser, surtout si vous ne vous prenez pas trop au sérieux.

Vivement la prochaine !


Cet article a été écrit en direct de la chambre 38 du Première Classe de Rodez, Dimanche 25 novembre 2007, soit quelques heures après cette belle rencontre, et même pas rentrés dans nos pénates.

Autres articles sur le Miladiou 2007 :


[1Ruthénois : merci pour le terme au geek rencontré au moment de prendre le car. Un Ruthénois sympathique de plus.

Messages